Toutes les actualités
13 sep 2017

Comment l’art peut libérer les énergies en entreprise ?

Bénédicte Tilloy, artiste et ex-DRH à la SNCF, a posté ses aquarelles sur Twitter, entrainant l’initiative Art Wagon, portée par un conducteur de trains

Voici quelques mois, Bénédicte Tilloy, alors DRH et membre du comité exécutif de SNCF Réseau, postait ses aquarelles sur les réseaux sociaux. La créativité, l’audace, la coopération… toutes ses créations venaient illustrer des valeurs d’entreprise. Surprise : des étudiants de Grenoble Ecole de Management l’ont contactée, afin d’en savoir plus… Retour d’expérience.

En juin dernier, à la demande d’étudiants de GEM, Bénédicte Tilloy exposait ses oeuvres dans l’école, et participait à une conférence sur le thème de l’Art et du Management, organisée par Marc Prunier, responsable du laboratoire d’innovation pédagogique « periScope » de GEM Executive Education, professeur en management des systèmes d’information et ingénierie du service, par ailleurs responsable pédagogique d’un MOOC sur la transformation digitale des entreprises.

Cette exposition clôturait la session de formation au Programme de Management Général (ex-Formacadre), suivi à GEM par une vingtaine de salariés de la SNCF.

L’enjeu pour Bénédicte Tilloy, artiste et DRH à la SNCF, consistait à symboliser à travers ses aquarelles des valeurs d’entreprise telles que l’audace, la coopération, le lâcher-prise, l’intégrité, l’écoute, la partage, le respect…

« Pour être comprises, ces valeurs doivent être incarnées dans des comportements quotidiens, et notamment ceux des managers », relève Bénédicte Tilloy. Du coup, j’ai fait le pari de m’inspirer de ma propre pratique managériale, et de poster ces créations sur mon compte Twitter, compte qui affichait sans ambiguïté mes responsabilités à la SNCF. Un pari osé.

En effet, nuance-t-elle, « j’ai longtemps pensé qu’il valait mieux cloisonner sa vie personnelle et ses responsabilités professionnelles. J’ai changé d’avis : les gens sont rassurés de voir qu’on ne se limite pas à un rôle et que la personne derrière le rôle est faite d’émotions. Ce sont ces émotions qui disent qui nous sommes. Cela nous permet d’établir des ponts avec les équipes, qui se sentent elles-mêmes plus reconnues dans ce qu’elles sont. Et tout ceci démultiplie l’engagement.»

Comment utiliser la vulnérabilité en soi ?

« L’art ouvre à l’émotion et peut donner à voir sa vulnérabilité, ce qui peut faire peur quand sa fonction hiérarchique suppose d’incarner l’autorité, souligne Bénédicte Tilloy. La vraie question est de savoir comment on l’utilise. Notre vulnérabilité nous donne plus d’authenticité et permet dans des situations humaines complexes d’autoriser son interlocuteur à être lui aussi plus vrai, ce qui génère de la confiance. Cela m’a permis d’établir des relations plus franches et plus respectueuses avec les syndicats, par exemple, et de dénouer des crises : lorsqu’un de vos salariés est victime d’agression grave, un dessin peut permettre de dire des choses plus percutantes que des mots ! Et cela raisonne pour tous. »

Quand l’art, vecteur d’émotions, libère les talents à la SNCF

Art Wagon : l’art qui catalyse les énergies

En « m’autorisant » à poster mes aquarelles sur mon compte Twitter, j’ai encouragé sans le savoir des collaborateurs de la SNCF à « s’autoriser » eux aussi à partager leurs passions. L’un d’entre eux a d’ailleurs sollicité mon aide via un tweet, pour lancer un grand projet qui lui tenait à cœur. Ainsi est né « Art Wagon », un week-end d’octobre 2016 : pendant près de 24 heures, 10 street-artistes ont transformé un train de fret en véritable œuvre d’art, Gare d'Austerlitz, à Paris.

Cette opération a déclenché une vague énorme sur les réseaux sociaux, et envoyé à l’ensemble des salariés le message qu’on pouvait réussir des choses fantastiques avec de l’audace et du travail collectif. Mieux, à l’issue de cette expérience, ce conducteur de train, dont le poste de travail avait été supprimé, a repris des études, déménagé et a évolué vers un poste plus important, souligne Bénédicte Tilloy.

Cette histoire est loin d’être achevée : « A travers ce conducteur SNCF, ce sont des milliers de conducteurs de train au sein de l’entreprise qui regardent aujourd’hui la direction autrement. La conduite de telles initiatives artistiques, au sein de l’institution que représente la SNCF, est une belle école de gestion de projets, pour des projets a priori complexes à mettre en œuvre », conclut Bénédicte Tilloy.

Contacts
Marc Prunier